San Francisco
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

San Francisco

Le lieu où tout est possible: Amitié, amour, argent, trahisons, ...
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -56%
-56% sur le PLAYMOBIL – Calendrier de ...
Voir le deal
19.99 €

 

 La bourde du siècle |Free

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Darla Sunrise

Darla Sunrise



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptySam 25 Avr - 19:38

    Tout s'est passé tellement vite ! Je me promenais tranquillement dans les rues alors que le soleil commençait à décliner dans le ciel, essayant de mémoriser le plus de lieux, de visages que ma mémoire fatiguée pouvait le faire. Mon manteau me donnait trop chaud, mais je n'avais pas le courage de l'enlever, en sachant que ce que je portais en-dessous était trop voyant, et que je n'avais aucune envie de sentir encore un tas de regards se poser sur moi en se demandant si oui ou non ma maigreur était normale. Ce n'était même pas trop les regards qui me gênaient, mais plutôt les expressions de ces regards. J'y voyais de la pitié, de la compassion, de la sympathie, parfois même de la peur. Et ça me rendait folle. Mais là n'était pas le problème. Alors que je marchais, un homme m'a dépassé en courant. Je n'ai eu aucun mal à voir qu'il tenait un sac à main qui ne devait sans doute pas lui appartenir. Et j'avais raison, puisqu'à peine deux secondes plus tard une jeune femme le suivit, me bousculant légèrement au passage. Je les suivais du regard, accélérant le pas pour ne pas les perdre, puis une chose inattendue se produisit. Le voleur s'arrêta et se retourna vers sa poursuivante, tenant un objet métalique en main, qui n'avait absolument rien à voir avec un sac à main. Je mis une autre seconde à comprendre de quoi il s'agissait. Portait-il vraiment un couteau en direction de cette femme et ce, devant un tas de témoins ? C'en était presque incroyable ! Je réagis au quart de tour, comme ça m'arrive parfois lorsque l'adrénaline monte subitement. Posant ma main droite sur ma ceinture, j'y retirai l'arme que je devais constamment avoir sur moi. Pour ma propre protection, m'avait-on dit. Je m'avançais vers l'homme et voyant qu'il ne comptait pas laisser la femme tranquille, cria impulsivement :

    "FBI ! Posez cette arme !"

    L'homme interpelé mit un temps à comprendre ce qu'il se passait, mais il obtenpéra, relachant l'arme et le sac qu'il avait volé. Il s'enfuit à toute vitesse, ne me laissant pas le temps de réagir. En rangeant mon arme je me rendis compte qu'un tas d'yeux étaient tournés vers moi. Et là, ce n'était ni la pitié ni la peur que je lisais sur le visage, mais plutôt la colère et la surprise. Je réalisai ce que je venais de faire et voulut moi aussi m'enfuir à toutes jambes. Qu'est-ce qui m'avait pris de faire ça ! Je suis psy pas flic bon sang ! Déglutissant nerveusement, je revins sur mes pas, en espérant qu'ils me laissent tous repartir comme j'étais venue. Avais-je précisé que je ne devais pas dévoiler mon identité avant d'avoir pris totalement possession de l'enquête ? Et bien c'était râté ! Il ne me restait plus qu'à prier pour qu'on vienne m'aider, ou au moins que ces regards cessent de me fixer comme si j'avais la peste.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Morrison
Admin
Peter Morrison



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyDim 26 Avr - 16:46

Je me suis assis à une terrasse de café avec un bouquin en main. Je comptais passer ma soirée tranquillement, en tentant vainement de me vider la tête. Pourquoi? Tout simplement car hier, je ne sais toujours pas ce qui m'a prit, j'ai embrassé Angie... Enfin, je ne dirai pas la suite, il doit y avoir des âmes sensibles dans le coin. Vaut mieux passer le reste. Pour vous, il n'y a peut être pas de problèmes mais pour moi, tout est confut. Jusqu'à hier soir, je n'avais jamais imaginé possible que ce que j'imaginais depuis tant de temps devienne réalité. Simplement car cette jeune fille, aussi magnifique soit-elle, à presque 10 ans en moins que moi, que c'est la meilleure amie de ma petite soeur et qu'en plus de cela, je la connais depuis qu'elle a 3 ans... Imaginé le changement de situation. Je lui aie demandé de ne pas en parler à ma soeur, à sa meilleure amie, je sais que cela sera dur pour elle mais j'aimerais qu'on sache tout les deux où nous en sommes avant d'en parler. Théo, ma soeurette, sera la première au courrant mais pas avant que nous ayons vidé notre esprit ... Et compris ce qui nous tombait dessus.. Attention, je tiens quand même à préciser que je ne regrette nullement ce qu'il s'est passé...

Je n'arrive franchement pas à me mettre dans ma lecture. Il est vrai que j'ai parcourus six pages depuis dix minutes. Mais le problème est là, je ne fais que les parcourir, je ne les lis pas réellement. Je risque, si je continue ainsi, d'arriver à la fin du livre sans avoir compris un traitre mot. Avouez que cela serait idiot !!! Quand d'un coup, une scène se passe devant mon nez. Le style de scène qu'on ne voit normalement que dans les films et les quartiers dit ' dangereux '. Je vous la décris simplement: un mec qui court, une femme qui sort une arme lui criant qu'elle est du FBI. Alors que la majorité des gens se cachent ou sont presque en colère de la dangerosité de son geste... Moi je reste là, regardant la scène comme absent. Ce n'est qu'après, lorsque je vois le mal aise de la policière que je réalise que cette scène était réelle. Mais plus les secondes passent plus j'ai l'impression qu'elle se décompose. Alors au lieu de faire comme les autres, de garder mon regard comme un con sur elle, parlant tout bas pour la dénigrer ou la féliciter, je referme mon livre et me lève pour me diriger vers cette demoiselle. Je viens alors lui dire:

Eh... Si vous continuez à vous décomposer ainsi on ne vous retrouvera plus dans quelques secondes...

Elle se retourne alors vers moi et je vois de la peur dans son regard. Que je n'aimes pas voir cela dans n'importe quel regard. Enfin il me semble que c'est de la peur... Je ne suis sur de rien. Je continue en lui montrant la table où j'étais assis juste quelques secondes avant:

Je vous offre un verre pour vous remettre de vos émotions... Cela vous dit?
Revenir en haut Aller en bas
Darla Sunrise

Darla Sunrise



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyDim 26 Avr - 17:09

    Je n’aurais jamais du faire ça. Je sais que je n’aurais jamais du faire ça. Mais à quoi bon regretter, le mal, ou le bien tout dépend le point de vue, était fait. Moi qui déteste me donner en spectacle, surtout en jouant un rôle qui n’est pas le mien, j’ai réussi mon coup ! Les regards des badauds autour de moi me fait grimacer, si seulement il y avait une tête connue parmi toute cette foule ! Seulement je ne connais personne. Hier encore, San Francisco représentait pour moi qu’une grande ville de Californie, à des milliers de kilomètres de mon appartement à Manhattan. C’est pour dire l’ironie de la situation ! Cependant ce n’est vraiment pas le moment de paniquer. Je n’ai fait qu’aider une femme rackettée, qui m’a d’ailleurs remerciée. Je l’ai fait, certes en brandissant une arme, ce qui dans l’absolu aurait pu être évité, encore que, il aurait peut-être mieux valu garder l’arme mais me taire. A croire que ce sont les Agents Fédéraux les méchants maintenant !

    Je ne m’attends pas à un élan de sympathie de la part d’un passant près de moi, alors au lieu de rester sans bouger à être la cible de tous leurs regards, je m’apprête à m’en aller par là où je suis venue quand un homme vient m’aborder. Je me tourne vers lui, me demandant si c’est bien à moi qu’il s’est adressé. Comme je croise son regard, j’imagine que oui. Je suis encore toute émoustillée de la scène qui vient de se terminer, et mon regard laisse sans doute paraître le manque de confiance et la légère peur que les gens autour m’inspirent. Il me propose alors un verre pour remettre de mes émotions. Je le regarde de travers ne comprenant pas ce qu’il veut dire, mais je réalise ensuite que je n’ai pas encore dit un mot. Il a peut-être pas tout à fait tord en fin de compte. Secouant légèrement la tête pour remettre mes idées en place, je déclare, en refermant davantage mon manteau autour de moi :


    "C’est gentil, je crois qu’en effet, un verre ne sera pas de trop."

    Je m’installe donc à sa table, remarquant que la foule s’est lentement dispersée autour de nous. Tout semble revenu à la normal, du moins je l’espère.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Morrison
Admin
Peter Morrison



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyDim 26 Avr - 20:45

Après une scène complètement suréaliste, digne d'un film d'action de notre beau pays, je me diriges rapidement vers cette jeune femme. Elle vient de sauver une dame et les autres passants la regardent comme une bête sauvage. Moi, je serais plutôt pour qu'on la remercie et qu'on lui donne des honneurs. Mais tout le monde ne doit pas avoir le même avis sur la question !!! Je suis du genre à toujours voir le côté positif des actions faites autour de moi et non le négatif comme la majorités des gens.

Je l'invite à lui payer un verre. Au moins le temps qu'elle reprenne ces esprits et qu'elle devienne un peu moins blanche. Car pour être blême, je crois qu'elle arriverait même à faire peur à un fantôme dans son état. C'est après quelques secondes d'hésitation de sa part qu'on se dirige vers ma table encore libre. A la terrasse de ce café, on sent encore les derniers rayons du soleil nous carresser la peau. C'est réellement le moment que je préfères de la journée. Lorsque ce coucher de soleil magnifique s'offre à nous. Et ce que j'aime dans le fait de boire un verre avec cette jeune femme qui est encore une inconnue pour moi. C'est que je n'ai plus ma tête qui se retourne de questions !!! Angie ne sort pas autant de ma cervelle mais elle y prend une place légèrement plus petite.

Je tire la chaise pour qu'elle puisse s'installer puis vient moi même m'assoir là où j'étais il y a quelques secondes. Je lui sourie alors qu'elle reprend peu à peu des couleurs. Je lui dis alors lui tendant ma main:

Au fait, je m'appelle Peter et vous?

Bah oui tout ce que je connais de mon invitée est le fait qu'elle travaille pour le FBI. Je ne sais rien de plus. Puis je continues lui disant:

Et que voulez vous boire?

Voilà d'ailleurs déjà le serveur avec son calpin pour noter la commande. Je le regardes et lui demande et lui dit:

Moi ça sera la même chose que la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Darla Sunrise

Darla Sunrise



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyLun 27 Avr - 14:38

    Je n’ai pas de miroir à portée de main pour me regarder, mais à parement, je n’ai pas l’air d’une femme qui maîtrise ses émotions. En fait, je n’ai jamais réussi à contrôler les grimaces de mon visage, contrairement à mes paroles. Je peux très bien mentir en disant que je vais très bien, mais mon visage me trahira toujours. C’est sans doute pour ça qu’on ne m’a jamais proposé de monter en grade ou plutôt de changer de secteur de travail. Tout ce qui est du domaine de la justice n’est pas fait pour moi, et le petit numéro que j’ai effectué à l’instant n’était pas prémédité. J’espère ne pas trop avoir d’ennui une fois que cette histoire sera arrivée aux oreilles du boss, manquerait plus que je sois virée avant d’avoir commencé mon travail ici !

    Un jeune homme vient m’aborder, ce qui me surprend assez. Je pensais devoir partir, me réfugier dans ma chambre d’hôtel pour le reste de la journée, afin d’être sûre de ne pas recroiser ces personnes qui m’ont vu à l’œuvre. Le comble, c’est que je n’ai jamais utilisé une arme de ma vie ! Celle qui pend à ma ceinture n’est là que pour ma propre sécurité, et pas pour que je joue les super héros des temps modernes. Je ne sais même pas s’il était chargé, et rien que d’imaginer ce qui aurait pu arriver, ça me rend malade. Afin de tenter d’oublier cette histoire, l’homme me propose un verre que je m’empresse d’accepter. Nous nous installons à sa table. Il se présente alors à moi comme s’appelant Peter. Je lui sers la main et me présente à main tour :


    "Darla. Enchantée Peter."

    Il ne semble pas être comme tous ces gens, instinctivement contre le FBI ou tout ses synonymes, et ça me rassure. Il me demande ce que je souhaite boire, alors que le serveur vient d’arriver. Je ne mets pas longtemps à me décider et dis donc me tournant vers l‘employé :

    "Un Manhattan s’il vous plaît."

    Peter demande la même chose que moi et ça me fait sourire. Je n’ai pas l’habitude de boire beaucoup d’alcool, mais les circonstances étant ce qu’elles sont, je ne vais pas me priver d’un peu de whisky quand même ! Après que le serveur soit reparti, je m’attarde d’avantage dans l’observation de mon voisin. Le soleil couchant éclaire la place où nous sommes, me permettant de l’observer attentivement. Je ne l’avais pas encore remarqué, mais il est plutôt beau garçon. Comme je remarque qu’il me regarde également, je lui dis, plaisantant :

    "Vous me prenez pour une folle avouez ! De crier dans une avenue pleine de monde que je fais partie du groupe le moins aimé de la ville, faut vraiment pas être nette !"
Revenir en haut Aller en bas
Peter Morrison
Admin
Peter Morrison



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyLun 27 Avr - 15:35

J'invite cette jeune femme à boire un verre. Non seulement pour qu'elle reprenne des couleurs mais aussi dans un sens pour la remercier. Car malgré le fait qu'elle aie sortie une arme en plein milieu d'une route aussi fréquentée, je ne crois pas qu'elle aurait tirée. C'était juste, à mes yeux, une sorte d'avertissement et d'influence sur le mec qu'elle avait en face d'elle. Et il faut bien avouer que cela à fonctionner. Il a lacher le sac de la victime, comme ça et s'est enfuit. Je crois personnellement qu'au lieu de la dévisager, ils devraient lui être reconnaissant d'avoir bougé !!!

Elle accepte et reprend rapidement de la contenance. Je lui sourie le plus souvent possible pour lui montrer que je ne suis pas comme tout ces idiots. D'ailleurs, c'est très rapidement que je me présente, lui tendant la main. Elle en fait de même. La première chose qui me vient à l'esprit en entendant son prénom: c'est que c'est une femme ravissante, avec une féminité bien marquée par son prénom mais qu'elle bosse dans un travail machiste à mort. Je crois qu'elle ne doit pas voir la vie en rose tout les jours. Mais pas le temps de lui dire quoique ce soit que le serveur est déjà là pour prendre notre commande... Je prend la même chose avant de lui dire:

Ne croyez pas que c'est une habitude pour moi d'inviter une jeune femme comme cela à boire un verre... Mais je crois que là, sur le coup, vous avez bien mérité ce Manhattan.

Mais voilà que après quelques secondes de silence, elle le brise en me disant que je dois la prendre pour une folle. Je lâche un léger rire puis je lui répond posant mon regard dans le sien:

Non je dirais pas que vous soyez folle pour cela. Mais plutôt parce que vous êtes très féminine, vous semblez très fragile émotionnellement et vous travaillez dans un métier des plus machistes et où il est dur de se faire une place !!! Alors je ne sais pas si je dois vous prendre pour une folle ou vous félicité d'avoir le cran de le faire et de vous y trouvez une place !
Revenir en haut Aller en bas
Darla Sunrise

Darla Sunrise



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyLun 27 Avr - 16:13

    J’accepte avec plaisir l’invitation de ce jeune homme, qui a eu la gentillesse de me sauver des regards de tous ces individus. Je n’ai qu’une envie, c’est d’oublier cet événement fâcheux et de passer à autre chose. Quoi de mieux que de boire un verre avec une nouvelle connaissance ? Surtout si cette connaissance est un jeune brun charmant. Et je suis objective en disant pas, ce n’est pas parce que je n’ai pas eu de relations depuis plusieurs mois que je suis prête à sauter sur le premier inconnu qui se pointe, aussi craquant fusse-t-il. Enfin bref, un serveur vient nous voir pour prendre notre commande, après qu’on se soit tous deux présentés. Peter décide de prendre le même cocktail que moi, en ajoutant qu’il n’a pas l’habitude d’offrir un verre à quelqu’un. Je souris et réponds en haussant les épaules :

    "Disons que j’ai eu une rude journée."

    Ce qui n’était pas tout à fait faux après tout. Certes je ne me suis pas encore vraiment plongée dans le travail, mais les réunions du personnel sont souvent beaucoup plus fatigantes, je vous l’assure ! Après un moment de silence où nous nous regardions mutuellement, je lui dis qu’il doit me prendre pour une folle. Je ne lui en voudrais même pas si c’était le cas. J’ai été inconsciente sur ce coup là, mais bon ce qui est fait est fait. Il rit à ma remarque pour finir par quasiment me complimenter pour mon courage de faire un tel métier. Malheureusement, ce qu’il dit ne peut pas vraiment être pris en compte pour moi. Surtout qu’à New York, l’équipe avec qui je travaille est composée d’une majorité de femmes. Comme quoi, la psychologie est une activité féminine. Avant qu’il ne me félicite vraiment, je l’interromps et lui avoue :

    "Il y a quelque chose que vous ne savez pas. Je fais partie du FBI, c’est vrai, mais pas en tant que flic. Je suis psy en réalité ! Ce que j’ai fait tout à l’heure était une première pour moi, et j’espère une dernière !"

    Croisant les bras, je soupire avant d’ajouter :

    "Je n’ai aucun mérite en fait, je ne fais qu’écouter des gens à longueur de journée et tente de les aider. Mais je doute que tous ceux qui m’ont vu souhaitent un jour faire appel à moi !"
Revenir en haut Aller en bas
Peter Morrison
Admin
Peter Morrison



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyLun 27 Avr - 19:41

Alors que je commence à la complimenter sur sa manière de se faire accepter au sein d'une institution machiste telle que le FBI, elle me stoppe net. M'expliquant qu'elle n'est que psy et non agent. Donc c'est la première fois qu'elle utilise son arme. Je souffle un bon coup. Je comprend dès lors qu'elle ne sois pas à son aise alors avec une arme. Elle n'en mène pas plus que moi, si j'en avais une sur moi. Je n'aime pas du tout les armes à feu. Je trouve cela inutile et dangereux... Ok inutile car je suis un simple barman et habitant de cette jolie ville, d'un beau quartier en plus mais bon. Mais alors que j'aimerais lui répondre, elle rajoute en soupirant qu'elle ne fait rien de spécial à part écouter les gens... Et elle doute en plus de ces capacités en tant que psy. Là, je lui fais un sourire, qui se veut rassurant et je lui répond:

Je comprend que vous ne voulez plus vous servir de ceci. Et bien contre toute attente, je trouve cela encore plus courageux de votre part. Je trouve que votre geste n'en a que plus de mérite!

Avant qu'elle ne puisse dire quoique ce soit. Comme quoi elle n'est pas d'accord avec moi ou autre chose sur genre, je continue:

C'est vrai, vous n'avez pas écouté vos peurs et vous avez fait ce que vous pensiez juste pour cette jeune femme. Je trouve que les remerciements qu'elle vous à donner par la suite étaient encore plus mérités... Moi, je déteste les armes et j'avoue que généralement je fuis tout ceux qui en portent.

C'est vrai quoi, elle n'a pas fait attention, une seule seconde, à ce que les gens allaient la critiquer ou avoir leur attention prise sur elle. Je trouve que c'est tout en son honneur et je dis toujours ce que je penses.

Mais à ses prochaines contradictions, j'ai encore mon mot à dire et j'ai également mon avis. Et oui, j'ai toujours à dire moi. Et sur tout.Alors je me lance:

Si vous étiez si mauvaise psy que vous le pensez, vous ne seriez pas ici à suivre cette enquête. Bah oui, je suis pas idiot. Je paries que si le FBI est à San Francisco accompagné de psy, c'est que c'est pour cette histoire de disparitions... Je suis au courrant parce que je suis barman dans un bar nocturne devant lequel une fille à disparue...

Puis je ne peux pas m'en empêcher mais je lâche une touche d'humour qui ne la fera surement pas rire, je ne suis pas marrant pour un sous généralement:

Si vous êtes psy, vous devriez parler à ma soeur... Car pour le moment elle tourne pas rond!
Revenir en haut Aller en bas
Darla Sunrise

Darla Sunrise



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyLun 27 Avr - 21:06

    Habituellement, j’accepte avec plaisir les compliments, mais ceux de Peter étaient infondés pour moi. Je lui explique donc tout, lui apprenant mon métier et le fait que je n’avais jamais utilisé une arme avant aujourd’hui. Si déjà j’avais l’occasion de connaître quelqu’un, autant qu’il ne parte pas sur de fausses idées à mon sujet. J’espère qu’il comprend un peu mieux ma réaction et surtout pourquoi je ne veux plus me servir de mon arme. Il rétorque tout de même que ma réaction était courageuse et que j’en ai que plus de mérite. Je lève les yeux au ciel mais il ne me laisse pas le temps de répondre. Il argumente donc son point de vue, et à ce rythme il va finir par me faire rougir ! J’attends qu’il est terminé son discours pour pouvoir à mon tour en placer une :

    "Je suis juste contente que rien n’est arrivé. Et pour ce qui est des armes, je ne les aime pas spécialement non plus, mais parfois c’est le seul moyen de se faire entendre."

    Sa dernière remarque m’a néanmoins interpellée. Un sourire amusé aux lèvres je lui demande :

    "Vous allez me fuir maintenant ?"

    En parlant de mon boulot, il me donne encore une fois sa vision des choses. Je ne suis pas contre, bien au contraire, mais j’ai comme l’impression que Peter essaye de me voir plus bonne que je ne suis. Il finit par parler de la raison de la venue du FBI en Californie et m’avoue qu’il est au courant, étant barman d’un lieu d’enlèvement. La conversation m’intéresse alors instinctivement plus. Avant d’entrer d’avantage dans le sujet, je le préviens :

    "Si vous êtes un habitué des lieux, vous aurez droit à un nouvel interrogatoire de mes collègues. J’imagine que la police vous a déjà posé des questions…"

    Il fait ensuite de l’humour en parlant de sa sœur. Je ris légèrement, j’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’il me sorte ça. Mais haussant les épaules, je lui dis, avec un sourire :

    "Je suis psy, pas Dieu, je ne fais pas de miracles !"
Revenir en haut Aller en bas
Peter Morrison
Admin
Peter Morrison



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyMar 28 Avr - 16:30

Ok je crois que je vais arrêter de lui dire mon point de vue car cela semble la gêné. Pourtant c'est la vérité, je la trouve d'autant plus courageuse d'avoir utilisé cet objet si elle n'y est pas habituée. Je préfère me taire que la froissé définitivement. Je trouve pourtant personnellement qu'elle a une bien basse opinion d'elle même. Mais ce ne sont pas mes affaires, je devrais juste apprendre à me taire et à arrêter de réagir au quart de tour. Par contre, c'est avec un sourire de satisfaction sur les lèvres que je l'entends me dire qu'elle n'aime pas les armes non plus. Je crois que c'est un bon point. Car elle me semblerait dangereuse sinon. Mais voilà qu'elle rebondit sur ma dernière phrase me demandant si je vais la fuir maintenant... Je rigoles et lui répond:

Non... Car non seulement vous n'aimez pas cela et en plus, vous êtes surement obligée de la porter pour votre taf... Je peux faire une exception pour une fois...

Lorsque je lui parle de sa venue ici en ville et surtout de mon métier de barman, voilà que d'un coup, je semble particulièrement intéressant pour elle. Oh là, elle va réussir à me vexer si elle continue. Bah oui malgré que mon coeur soit pris depuis peu, j'aurais aimé qu'elle s'intéresse un tant soit peu à moi pour autre chose que son affaire. Enfin soit, elle m'en parle et me demande même si j'ai déjà été interrogé là dessus. Je lui dis soupirant légèrement:

Oh oui, on m'a déjà posé trois tonnes de questions.. A quelle heure était-elle partie? Etait-elle partie seule ou accompagnée ? Aie-je vu quelqu'un la suivre ??? Et blablabla... Et à chaque fois, je dis la même chose... Oui je l'aie remarquée, elle buvait plus qu'elle ne devait à mon avis. C'était une sublime jeune femme comment ne pas la voir ??? Par contre, avec le monde qu'il y avait ce soir là, j'ai rien vu de plus !!! J'ai pas arrêter de courrir. J'ai même pas pu prendre ma pause ce soir là...

Je suis un peu énervé là dessus. Car à chaque interrogatoire, j'ai l'impression d'être suspecté de quelque chose, juste parce que mon regard n'est pas resté posé sur cette jeune femme. Angélica, je crois... Enfin c'était quelque chose dans le genre. Alors oui, je m'énnerve légèrement... Mais pensant à cette femme en face de moi qui n'y pouvait rien, je lui dit plus calmement. Enfin le plus possible:

Excusez moi... C'est que c'est toujours la même chose avec les flics du coin. Il cherche un coupable et prenne toujours le premier venu pour résoudre leur affaire. Je suis bien content que le FBI vienne les aider.

Puis pour détendre l'athmosphère et pour changer un peu de sujet. je lui parle de ma soeur qui aurait surement bien besoin de ses services. Je rigoles à sa réflexion et lui répond:

Bah vous voyez que vous êtes une très bonne psy. Sans la voir, vous savez qu'elle est irrécupérable...
Revenir en haut Aller en bas
Darla Sunrise

Darla Sunrise



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptyMar 28 Avr - 22:38

    Notre premier sujet de discussion est naturellement ce qui vient de se passer. C’est un peu à cause de ça que Peter m’a abordée, il est donc normal que je répondes à ses remarques, pas toujours exactes, à mon sujet. Je ne me dénigre pas, mais disons que je n’ai pas pour habitude de me vanter. Mon travail n’a rien d’exceptionnel, je ne sauve pas des vies comme des médecins, je n’arrêtes pas de criminel comme les flics. Je ne fais qu’écouter les gens qui en ont besoin, et ça me suffit amplement je dois dire. Je n’ai pas l’âme d’un héro, et donner de temps en temps des conseils à des patients me convient parfaitement. Peter m’annonce alors qu’il a tendance à fuir les porteurs d’armes. Je lui demande donc pour plaisanter s’il va me fuir. Ma remarque le fait rire et il me dit qu’il va faire une exception, puisque je n’ai pas vraiment d’amitié non plus pour les armes.

    "En effet, c’est une obligation professionnelle. J’essaye donc de faire comme si je ne l’avais pas près de moi, ce n’est pas toujours facile…"

    J’apprends ensuite qu’il est barman et qu’il travaille dans un des lieux d’investigations de la police. Je ne m’attendais pas à tomber sur quelqu’un lié, même de loin, à l’enquête, alors forcément ça m’intéresse. Je le préviens qu’il devra subir d’autres interrogatoires prochainement et il s’énerve alors sur ce côté répétitif. Je le comprends parfaitement, si je devais répondre plusieurs fois aux mêmes questions je serais dans le même état que lui. Mais c’est la procédure, et je ne peux rien y changer. Il s’excuse enfin de s’être emporté, ajoutant qu’il était heureux que le FBI soit venu pour aider à résoudre cette affaire. Surprise par cette franchise, je rétorque :

    "Vous êtes bien la première personne que je rencontre à être content de notre présence. Et j’avoue que ça me rassure que tout le monde ne pense pas du mal de nous, enfin plus généralement des flics fédéraux. Je n’ai jamais été dans cette situation, mais je sais que ça ne doit pas être facile à vivre. J’imagine très bien le nombre de personnes qui se croient maintenant dans le collimateur des flics parce qu’ils ont subi des interrogatoires. Mais si ça peut vous rassurer, mes collègues sont objectifs, ils ne jugent coupable une personne que s’ils ont suffisamment de preuves. Même si ça leur prend des mois pour les trouver."

    En temps normal, je ne serais même pas autorisée à évoquer la moindre chose sur l’enquête, mais ce que je dis n’a pas vraiment de lien. Je ne fais que dire la pure et stricte vérité, en essayant en même temps de détendre un peu Peter. Après tout, il a tenté de faire de même avec moi il y a de ça quelques minutes. D’ailleurs, en revenant sur mon job, il plaisante au sujet de sa sœur. Je réponds sur le même ton de plaisanterie et sa remarque me fait rire.

    "Si elle vous entendait elle ne serait sans doute pas très contente ! Mais merci pour le compliment."

    Alors que je les avais totalement oubliés, nos cocktails arrivent, servis cette fois par une femme. Nous la remercions, puis en levant légèrement mon verre pour pas qu’il déborde, je demande :

    "A quoi trinquons nous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Peter Morrison
Admin
Peter Morrison



La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free EmptySam 2 Mai - 20:47

Nous restons un long moment sur ce qu'elle vient de faire. Ou plutôt sur la possession d'arme que ni l'un nil 'autre n'aime particulièrement. Quand je lui fais remarquer que je reste souvent très éloignés des gens qui portent cela sur eux, elle semble le prendre pour elle. Mais ce n'est pas cela du tout. Elle s'est une sorte d'obligation... Son travail l'y oblige, je ne peux pas empêcher un primeur de vendre des fraises sous prétexte que j'en suis allergique. Mais nous passons très rapidement à autre chose lorsque le fait que je sois barman arrive sur le tapis. En plus dans un de ces trucs à la mode d'où a disparu l'une des filles.

Je lui explique alors que je suis bien content de voir arriver le FBI sur les lieux!!! Pas que je les adore particulièrement mais disont que je vois bien que la police n'arrive à rien. Eux au moins ne laisseront pas des doutes faire tout les travails à leur place. Ils vont arriver à quelque chose j'en suis sur !!! Et puis si je veux que cela s'arrête c'est parce que j'ai deux jeunes femmes à qui je tiens particulièrement. Ma soeur et ma petite amie. Elles sont si souvent dans ces lieux nocturnes d'où arrivent les enlèvements. Je ne voudrais pas qu'un jour, on vienne m'apprendre qu'il leur est arrivé quoique ce soit. Elle semble surprise et heureuse que je ne pense pas de mal de l'arrivée du FBI sur les lieux, je lui dis alors:

Le FBI a souvent un travail ingrat. Je ne dis pas que je vous adore, vous, les agents fédéreaux... Mais par contre, je sais que vous faites un travail de pro. Et aillant une soeur de l'âge des victimes qui sort très fréquemment dans les lieux des enlèvement, j'ai bien envie que cela s'arrête pour ne plus paniquer lorsqu'elle ne rentre que très tard dans la matinée...

Ensuite on parle de la situation dans laquelle je me trouve. Celle où je suis si souvent interrogé que j'ai l'impression d'être un suspect de la police. Il ne passe pas une semaine pour que je sois interrogé que ce soit sur mon lieu de travail ou encore au commissariat de mon quartier. Ca en devient lourd et ch*ant... Même si je crois qu'elle ne me répondra pas, je me tente à lui demander:

Et vous avez des indices. Ce n'est pas que je les croivent incapables de tout. Mais j'ai la nette impression qu'ils tournent en rond dans cette histoire. C'est déplorable mais j'aimerais ne plus devoir faire attention à toutes personnes rentrant dans mon bar. J'espère un jour ne plus devoir avoir peur de louper un truc qui pourrait vous aider à coincer ce salopard.

Nous finissons par parler de son travail en tant que psy et je délire sur le mental de ma soeur qui n'est pas au beau fixe. Elle fini par me faire remarquer que ma soeur ne serait pas contente de m'entendre parler ainsi . Et je lui dis avec un large sourire sur les lèvres:

OH ma soeur sait ce que je penses d'elle. Je l'aime, c'est moi qui l'aie élevée mais quelque fois, je ne la cromprend plus et elle me tape sur les nerfs.

Mais quand nos verres arrivent, elle me demande ce que nous fêtons. A quoi nous trinquons, je lève également mon verre et lui dit la regardant dans les yeux:

A l'arrivée de la meilleure psy dans ma ville.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La bourde du siècle |Free Empty
MessageSujet: Re: La bourde du siècle |Free   La bourde du siècle |Free Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La bourde du siècle |Free
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Tropa de Elite 2 - O Inimigo Agora É Outro [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» [UPTOBOX] Le Retour des Charlots [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Shaolin Basket [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco :: San Francisco City :: Le Reste de la Ville :: San Francisco's Streets-
Sauter vers: